Laboratoires

   

Le LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires) est une Unité Mixte de Recherche en Sciences Humaines et Sociales à large couverture thématique dont le projet scientifique est de contribuer globalement à la compréhension des dynamiques des sociétés contemporaines. Il s’intéresse aux : Solidarités : sous toutes leurs formes, qu’il s’agisse d’agencements spontanés ou de dispositifs publics ; Sociétés : globalisation, innovation, fragmentation, diversité des mondes sociaux et économiques, recompositions des inégalités ; Territoires : considérés non pas comme une simple "surface" de déploiement mais comme une composante des dynamiques sociales.
Les recherches sont portées par 4 équipes : LISST-CAS (Centre d'Anthropologie Sociale), LISST-CERS (Collectif : Expériences Réseaux et Sociétés), LISST-CIEU (Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines), LISST-Dynamiques Rurales. Le travail réalisé par chaque équipe est complété au sein de 5 axes transversaux, à la fois espaces de dialogue inter-équipes et pépinières thématiques : Environnement et Sociétés, Mondialisations, Différenciations territoriales et action collective, Innovations et société, Parcours de vie et inégalités

Pour en savoir plus...
 

L’UMR « France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs » (Framespa) privilégie l’étude des sociétés européennes dans le temps long. Elle cherche à en saisir les dynamiques et les crises en mobilisant des sources et des méthodes variées, empruntant souvent des concepts aux disciplines sœurs de l’histoire comme l'archéologie, la sociologie, l’économie, la géographie ou l’anthropologie. Elle se centre sur l’histoire sociale dans le temps long que pratique la plupart des membres de l’unité : évolution des paysages, des réseaux sociaux, des structures familiales, des formes de production, du goût, des migrations, des identités... 

Les activités de recherche du CERTOP portent sur l’action publique, le travail, le risque, la sociologie de la consommation et des marchés, l’alimentation et la santé, les formations, qualifications et systèmes universitaires, le genre, l’environnement et le tourisme. La première priorité transversale de l’ensemble de ses membres est de mieux comprendre le travail de régulation à l’œuvre dans nos sociétés en combinant les dynamiques collectives et organisationnelles propres aux logiques professionnelles et aux trajectoires individuelles, les dynamiques institutionnelles spécifiques aux politiques publiques et au fonctionnement des marchés et les dynamiques sociétales. La seconde est de combiner une étude de la production de l’ordre social et des processus de désajustement, stigmatisation et résistance et la troisième vise à conduire une réflexion méthodologique sur les voies à adopter pour atteindre ces objectifs.
 
PLH a pour domaine d'étude l'analyse des rapports et des modes d'articulation entre passé et présent, selon une approche de nature philologique, historique et herméneutique. Les champs des littératures et des sciences historiques sont appréhendés comme des lieux et des enjeux de mémoire, comme des espaces de créativité et d’interaction, selon une méthode transversale et comparatiste entre disciplines, entre aires culturelle et entre périodes, de l'Antiquité au très contemporain. Trois axes se dégagent : dresser l'état des lieux des patrimoines culturels, et réfléchir sur les manières dont nos sociétés se les approprient ; étudier les phénomènes de construction, transmission, traduction et transposition des savoirs ; analyser la position des sociétés d’hier et d’aujourd’hui quant à la notion de « patrimoine » et de « mémoire ».
Le LEREPS est le Laboratoire d’Étude et de Recherche sur l’Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux. Le LEREPS est une équipe pluridisciplinaire à dominante économique. Les recherches menées en son sein portent sur les aspects économiques des transitions sociétales. L'unité est rattachée à plusieurs établissements : Sciences Po Toulouse, École Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole (ENSFEA), Université Toulouse 1 - Capitole, Université Toulouse 2 - Jean Jaurès et Université Toulouse 3 - Paul Sabatier.
Le Laboratoire des sciences sociales du politique s'attache d'une part au caractère spécifique des phénomènes politiques, lesquels se rapportent aux processus de gouvernement, entendus comme l'ensemble des activités tendant à maintenir ou à modifier l'ordre social dans une ou des sociétés politiques, et ont toujours à voir, peu ou prou, avec l'usage de modalités de coercition et de persuasion reçues comme légitimes parce que légitimées ; et d'autre part souligne tout l'intérêt scientifique d'une pluralité d'approches du politique en ses formes différenciées.C'est pourquoi le LaSSP accueille des politistes, des juristes, des historiens, des sociologues, des chercheurs en science de l'information et de la communication, des anthropologues et des économistes qui, tout en étudiant les phénomènes politiques chacun selon son cadre d'analyse propre, les appréhendent à partir d'une même perspective - que, par sténographie, l'on pourrait dire «au concret» et «par en bas» (bottom up).
La création de l’équipe Odycee au 1er janvier 2014 a pour objectif de rassembler les sciences humaines et sociales de l'UMR AGIR pour favoriser une interdisciplinarité des sciences qui traitent des acteurs, de leur organisation et de leur dynamique dans la production des connaissances et des innovations dans les secteurs agricoles et agro-alimentaires et dans les territoires ruraux. Il s’agit parallèlement de renforcer les collaborations avec les sciences biotechniques, en offrant un espace de compétences en SHS mieux structuré par des travaux et des positionnements partagés..
 
Le LERASS laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales est un laboratoire pluridisciplinaire, créé en 1983 au sein de l'Université Paul Sabatier. Depuis 1990 il est équipe d'accueil (EA 827).Laboratoire d’appui de plusieurs formations universitaires dans le domaine de l’information et de la communication (L3, M1, M2), il est rattaché à l’école doctorale ALLPH@ Arts lettres langues philosophie et communication (ED 328), école cohabilitée par l’Université de Toulouse le Mirail et par l’Université Paul Sabatier.Les travaux de recherche conduits par le LERASS s’inscrivent dans l’axe de compétence CIGEDIL (Communication, information, gestion et didactique des langues) de l’Université Paul Sabatier.


Le CRESCO, Centre de Recherches Sciences Sociales Sports et Corps, est une équipe d’accueil habilitée par le ministère, rattachée au comité « Activités Humaines et Sociales » de l’Université Paul Sabatier. Elle regroupe des enseignants chercheurs en sciences sociales (sociologie, histoire, psychosociologie) dont la spécificité est d’étudier les pratiques corporelles et sportives. Les recherches du CRESCO s’organisent autour de la thématique générale « Education/formation, santé et inégalités ». L’étude des instances de socialisation et des dispositifs de formation dans le domaine des pratiques corporelles et sportives constitue l’objectif principal des travaux du CRESCO. Plus précisément, la spécificité de l’unité est d’étudier la construction des inégalités (sociales, sexuées, socio-ethniques, territoriales) dans le domaine des usages de la santé et des activités physiques et sportives, et les effets des dispositifs et des politiques publiques mises en œuvre pour les réduire. 
 
TRACES est un laboratoire (UMR 5608) du CNRS, de l’université Toulouse II Jean-Jaurès et du Ministère de la culture et de la communication, conventionné avec l’EHESS, l’INRAP et le service d’archéologie de Toulouse-Métropole. Son nom provient initialement d’un acronyme, dont le développement est "Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés".



Le laboratoire GEODE (Geographie de l’Environnement) est une unité mixte CNRS (INEE) / Université de Toulouse 2 constituée de 37 membres permanents et de 30 doctorants qui oriente ses activités scientifiques sur l’étude des paysages et de l’environnement dans une perspective interdisciplinaire et multitemporelle, allant de la retro-observation des processus naturels et socio-environnementaux à l’établissement de modèles prospectifs.

Le LRA s'attache à questionner, sur le long terme, l'explicitation du processus de projet architectural, urbain et paysager. Il s'attache notamment à travailler sur ce qui concerne les modalités cognitives et méthodologiques de ce processus où président les recours à des références, des modèles, des techniques, des enseignements heuristiques.
La politique scientifique du LRA est intiment liée à la politique d'établissement de l'ENSA de Toulouse. Elle vise un recentrage de la recherche sur l'explicitation et la maîtrise du projet architectural et urbain, d'où